Accueil

Bienvenue sur le site Internet d’Essonne Nature Environnement

Fondée en 1973 sous le nom de l’Union Départementale des Associations de Défense de la Nature en Essonne (UDADNE), la fédération Essonne Nature Environnement regroupe la quasi totalité des associations environnementales locales afin de mieux se faire entendre des différentes institutions départementales et régionales.
Vous trouverez dans les pages qui suivent une multitude d’articles sur des sujets aussi variés que les déchets, l’eau, l’environnement, la forêt, les installations classées, les nuisances sous toutes leurs formes, notamment aériennes, et l’urbanisme.
 

Bonne lecture

Dernière mise à jour le 31 juillet 2016


L’élevage industriel a-t-il sa place en Essonne?

IMG_8861 IMG_8860

© JPM

IMG_8872 IMG_8874

Le 19 juillet, à l’invitation de nos amis de la Haute Vallée de Chevreuse, je me suis rendu à la ferme de Bissy située sur la commune de Forges-les-Bains. Le motif de ce déplacement correspondait à la tenue d’une enquête publique en vue de régulariser une situation ancienne pour porter à 500 vaches la capacité de cette ferme « modèle ». Actuellement, elle fonctionne sous le régime déclaratif avec un seuil de 200 vaches mais avait pu néanmoins s’accroître avant les « tracasseries » administratives qui se sont mises en place au fil des années.

Toujours est-il que ce type d’élevage pose question face à la crise laitière à laquelle les éleveurs sont confrontés depuis déjà plusieurs années.

La comparaison avec l’agriculture que l’on peut rencontrer en Allemagne (avec des troupeaux de 10 000 têtes) ou au Mexique (plus de 100 000 têtes) n’a pas de sens. Nous n’avons pas la même histoire.

Récemment en visite dans l’Artense (près du Puy de Sancy), un des « pays » les plus pauvres de France, j’ai entendu le désespoir de ceux qui, avec des troupeaux plus modestes, mais nourris en pâture, sont condamnés par cette nouvelle économie industrielle.

Et puis, que vont devenir les éleveurs qui sont appelés à disparaître ? Faut-il continuer à accepter le suicide de beaucoup d’entre eux ? (1 par jour semble-t-il) Et il est permis de s’interroger sur le devenir de nos paysages qui font le charme de la France et que nos agriculteurs entretiennent ?

En accord avec l’association des amis de la Haute Vallée de Chevreuse, ENE a cosigné l’avis défavorable déposé auprès du commissaire enquêteur.

Télécharger l’avis de l’Union des Amis du Parc

Jean-Pierre Moulin

Président d’ENE

A lire, à consulter….

Environnement :

Territoires / Urbanisme :