Accueil


Bienvenue sur le site Internet d’Essonne Nature Environnement

Fondée en 1973 sous le nom de l’Union Départementale des Associations de Défense de la Nature en Essonne (UDADNE), la fédération Essonne Nature Environnement regroupe la quasi totalité des associations environnementales locales afin de mieux se faire entendre des différentes institutions départementales et régionales.
Vous trouverez dans les pages qui suivent une multitude d’articles sur des sujets aussi variés que les déchets, l’eau, l’environnement, la forêt, les installations classées, les nuisances sous toutes leurs formes, notamment aériennes, et l’urbanisme.
 

Bonne lecture

Dernière mise à jour le 5 janvier 2022


L’actualité de la fédération

Le conseil d’administration de la fédération Essonne Nature Environnement vous présente ses meilleurs vœux pour 2022

VOEUX ENE 2022L’aménagement urbain de la région Île-de-France dans l’impasse?, suite…

Pour compléter le tableau, pas très idyllique, de la commune décrite ci-dessous située sur le territoire de « Cœur d’Essonne Agglo », il est intéressant de donner un éclairage supplémentaire afin de mieux comprendre l’impasse dans laquelle se trouve notre département sur le plan de son aménagement urbain. L’exemple du territoire de « Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart » est, à cet égard, révélateur du fossé qui existe dorénavant entre la Métropole du Grand Paris, qui concentre la plus grande partie des emplois tertiaires régionaux (départements 75, 92, 93 et 94) et les territoires de la grande couronne, dont l’Essonne, qui concentrent de plus en plus de communes dortoirs, devenus difficilement accessibles par des transports en commun inadaptés et des axes routiers saturés.

La présentation de Grand Paris Sud, accessible via ce lien, a nourri un débat en formation « urbanisme » à France Nature Environnement Ile-de-France le 27 novembre dernier.

Jean-Pierre Moulin


L’aménagement urbain de la région Île-de-France dans l’impasse? 

 

Nous pouvions raisonnablement penser qu’au sortir de la crise sanitaire liée à la COVID 19, « l’environnement » et la « qualité de vie » deviendraient des causes majeures pour nos concitoyens.

C’était sans compter sur la « reprise économique » qui semble avoir déjà fait oublier les promesses d’un monde meilleur d’après crise. L’aménagement urbain reprend ses couleurs d’antan et nombre de projets actuels sont des copies conformes du monde d’avant.

Si de tels projets reviennent sur le devant de la scène, ne serait-il pas temps de les réexaminer à la lumière des données récentes, notamment celles concernant l’urgence climatique (cf. le rapport du GIEC), la perte de biodiversité, la protection des espaces agricoles, forestiers et naturels.

Prenons  pour exemple le cas d’une petite commune représentée par son maire, élu sans discontinuité depuis 2001 et président d’une communauté d’agglomération. Cet élu soutenait lors d’une commission départementale que, dans le cadre de la modification de son PLU communal, il n’avait pas d’autre choix que de consommer des espaces agricoles pour satisfaire à la règle des 20% de logements sociaux. En 20 ans d’exercice du pouvoir et malgré l’article 55 de la loi SRU, il a produit tout au plus 10% de cette catégorie de logements (au motif que la population n’y était pas favorable !). Commune située à 6 km d’une gare RER, elle est à présent en totale contradiction avec les orientations gouvernementales qui préconisent la protection des espaces agricoles (zéro artificialisation nette).

Si c’était le seul cas de figure, nous pourrions dire qu’il s’agit d’une exception. Malheureusement, d’autres communes en Essonne ne respectent pas leurs obligations en matière de logement social. Et, que dire des communes exemptées de ces dispositions  qui continuent de produire des logements sans se préoccuper des conséquences en matière d’emplois de proximité qualifiés (inexistants) et de transports (axes routiers saturés,  transports en commun disqualifiés : RER C et D inadaptés).

Le SDRIF de 2013 n’a pas répondu à nos attentes. A nous, les défenseurs de l’environnement, de participer à sa révision. C’est donc le challenge que nous vous proposons pour les mois à venir.

L’aménagement urbain de la région Île-de-France dans l’impasse?

Nous pouvions raisonnablement penser qu’au sortir de la crise sanitaire liée à la COVID 19, « l’environnement » et la « qualité de vie » deviendraient des causes majeures pour nos concitoyens. C’était sans compter sur la « reprise économique » qui semble avoir déjà fait…

A lire, à consulter….

Environnement :

Territoires / Urbanisme :

Transports :